Un bouquet de fleurs pour la Saint Valentin

par Arnaud  -  14 Février 2013, 10:49  -  #revue

En ce jour de Saint Valentin, où les fleurs transitent pour célébrer l’amour d’un couple, j’ai décidé de vous faire un bouquet de fleurs cinématographique, rien que pour les amoureux de cinéma. Alors si vous ne saviez pas quoi regarder pour la Saint-Valentin, voici donc quelques idées de pellicules parfumées pour faire votre choix !

La rose, l’éternelle fleur de l’amour

Il y a bien évidemment l'éternel classique, la rose. Fleur de l'amour lui-même, on la retrouve dans des œuvres non moins classiques telles que le thriller médiéval "Le Nom de la Rose" (Jean-Jacques Annaud, 1986) ou encore la comédie "La Rose pourpre du Caire" (Woody Allen, 1985). A noter également, le drame très féminin de "la Rose tatouée" (Daniel Mann, 1955). Plus épineuse, la comédie noire "La Guerre des Rose" (Danny de Vito, 1989) peut vous entraîner dans les affres d'un couple se déchirant. Aussi, les plus romantiques préfèreront peut-être des fleurs moins dangereuses.

Des fleurs champêtres

Les âmes champêtres pourront trouver leur bonheur comique et pseudo-mafieux avec "Des pissenlits par la racine" (Georges Lautner, 1964). Plus fleur bleue en apparence, "De l'influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites" (Paul Newman, 1972) présente une mère célibataire tentant de retrouver l'amour. Moins sage, l'italo-russe "Le Maître et la marguerite" (Aleksandar Petrovic, 1973) propose de son côté des réflexions sur le diable.

Des fleurs adaptées et réadaptées

Et si vous préférez les fleurs très raffinées, pourquoi ne pas se laisser charmer par "la Dame aux Camélias", roman(ce) d'Alexandre Dumas dont l'héroïne s'appelle... Marguerite et qui compte de nombreuses adaptations audiovisuelles ? Abel Gance puis Michelangelo Antonioni s'y sont par exemple essayés, respectivement en 1934 et 1953.

Plus claires et moins capiteuses, les fleurs de "Fanfan la Tulipe" subsistent très longtemps et dans diverses déclinaisons. Elles sont notamment représentées par la version récompensée à Cannes et à Berlin de Christian Jaque (1952) et la plus récente par Gérard Krawczyk (2003).

Une composition florale originale

Pour parfaire votre composition florale des plus délicates, n'oublions pas d'ajouter un "Magnolia" (Paul Thomas Anderson, 2000) qui entremêle drague, amour et mort dans des mêmes effluves. Et si l'humeur est à l'enquête, "le Dahlia noir" (Brian De Palma, 2006) se chargera de satisfaire les envies de meurtres non élucidés.

Des fleurs venues d’ailleurs

Enfin, si vos envies cinématographiques et florales dépassent l'horizon, il est possible de tester les arômes de "Cherry Blossoms" ("Fleurs de cerisiers" en anglais) (Doris Dörrie, 2007) où la maladie frappe un couple de toujours, laissant le mari seul et perdu. Il tente alors de réaliser le rêve de sa défunte femme : partir au Japon. Un film plein d’émotion sur un homme qui ne sait comment vivre sans sa moitié.

... Qui aurait cru que malgré le froid hivernal votre St Valentin puisse être aussi fleurie ?

Sean Connery dans Le nom de la Rose

Sean Connery dans Le nom de la Rose

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :